Après la Chine, le château de Cayx ouvre sa première boutique en France

Le prince Henrik promet d’accueillir de temps à autres les touristes qui passeront les portes de sa nouvelle boutique à Luzech (crédit : Johan Gesrel)

Le soleil de plomb de ce mois d’avril n’a pas enterré le protocole princier. Sur la terrasse qui rejoint les portes du Château de Cayx, les invités habillés en tenue de cocktail (ou de bal) rivalisent pour trouver un coin d’ombre. Ils attendent. Soudain, l’hymne danois retentit dans les haut-parleurs installés près de la nouvelle boutique.  Le portail s’ouvre. Un petit chien précède l’arrivée du prince consort Henrik de Danemark.  L’homme salue les personnes présentes et prend la parole en retraçant l’histoire de son domaine.

Sept ans après avoir épousé la Reine Margrethe II de Danemark, en 1974, le prince Henrik de son vrai nom Henri de Laborde de Montpezat décide d’acquérir des terres dans un méandre du Lot, à deux pas de Luzech. Rien de bien étonnant. Ses attaches lotoises, le prince les doit à son père André de Laborde de Montpezat. Journaliste et directeur de La Volonté Indochinoise dans l’ancienne colonie française, il rentre en France et s’installe en 1939 avec sa famille dans le Lot où il devient viticulteur. Henri a 5 ans. Il vit sa jeunesse et son adolescence dans le département et entame des études qui passent notamment par le lycée Gambetta de Cahors.

C’est donc ici que le jeune couple royal tombe amoureux du hameau de Cayx et choisit d’acheter le château pour le restaurer. A l’époque, l’appellation Cahors vient à peine de voir le jour. Le prince Henrik se passionne lui aussi pour la vigne et décide de replanter un vignoble de 21 hectares. Des terrasses dominées par le calcaire auquel il faut ajouter des traces d’éboulis et de graves en contrebas. Les cépages malbec, merlot et tannat sont d’abord destinés à la coopérative et au vin de pays. Puis vient le temps de l’AOC Cahors et ses cuvées plus prestigieuses.

La moitié de la production du château s’écoule au Danemark

Le style et les moyens du Château de Cayx, ajoutées aux relations diplomatiques de la famille royale ouvrent très vite des portes et des tables de banquets qui conduisent Henri de Laborde de Montpezat à s’entourer de professionnels. Guillaume Bardin, directeur du domaine, n’est autre que le neveu du prince.

Né à Cahors, il doit ses premières émotions à ce même grand-père viticulteur qui le laissait fouler le vin au pied durant les vendanges. Un stage chez Robert Mondavi à Napa Valley aux Etats-Unis crée le déclic. Une longue expérience dans le groupe Baron Philippe de Rothschild, puis en 2007, retour aux sources avec la direction du domaine de Cayx. Dans un article paru récemment sur www.forumeco.com, Guillaume Bardin révélait que 50% de la production part au Danemark et 30% vers la Chine où le Château a développé quatorze boutiques sous son nom. Là encore la Chine, n’a rien du hasard. « Je suis sans doute le seul prince à parler le chinois », s’amuse Henri de Montpezat. Outre son enfance en Indochine, il étudie dans les années 50 le mandarin et le vietnamien à l’Ecole nationale des langues vivantes orientales. «  Je veux participer et aider à promouvoir le vin de Cahors qui est un petit vin en termes de production et de quantité, mais qui est un grand vin en qualité. Vous savez, 5000 hectares, c’est pas énorme, mais il faut savoir les vendre et les placer sur la scène internationale ! C’est pour ça que j’ai trouvé un débouché un Chine »

Pourquoi autant de boutiques en Chine pour une seule en France ? « Ça ne dépend pas de moi. Ça dépend de mon partenaire chinois qui est ce qu’on pourrait appeler un fan du vin de Cahors et qui a donc ouvert quatorze boutiques dans quatorze villes différentes de Chine. Quand on sait qu’il y a un milliard et demi de Chinois, on ne touche qu’une petite partie de la population ! (rires) »

Êtes-vous prêt à faire bénéficier vos voisins de l’appellation de cette porte d’entrée en Chine ? « Un bon vin comme le Cahors, il faut savoir l’exporter et il faut faire tous les efforts pour essayer de le faire connaître. A travers nos boutiques, je ne sais pas ce qu’on peut faire. Mais tout est possible. »

www.chateau-de-cayx.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s