Michel Bettane tacle la coopérative de Jurançon et les primeurs de Bordeaux

Comme chaque année, Michel Bettane vient à Cahors pour déguster les derniers millésimes auxquels il attribue une note et un commentaire destinés au Grand Guide des Vins de France (éditions La Martinière). Vif, indépendant et peu avare sur les mots, cet agrégé de lettres a dirigé durant 25 ans la célèbre Revue des Vins de France avant de lancer le Grand Guide avec son compagnon de route Thierry Desseauve.  C’est à la suite de cette dégustation à l’aveugle que nous avons mené cet entretien.

(Crédit : Johan Gesrel)

Malolacti[K] – Quelles méthodes appliquez-vous pour chacune de vos dégustations ? Avez-vous des principes de base ?

Michel Bettane Pour cette dégustation qui est presqu’institutionnelle car destinée au Guide, c’est une dégustation à l’aveugle du millésime qui sera mis en vente à la fin de l’année (en l’occurrence le 2008, ndlr). C’est toujours un peu délicat parce qu’il y a des vins qui sont déjà mis en bouteille, d’autres qui sont tirés sur fûts, d’autres qui sont tirés de la cuve où on les a mis avant de les tirer en bouteille, donc des états d’évolution un petit peu différents selon la façon de travailler de chaque propriétaire. Et malgré tout, comme on les goûte à l’aveugle, il faut essayer d’être fair-play avec les meilleurs d’entre eux. J’aime ces moments car ça se fait de façon sympathique, avec des producteurs et parfois des jeunes à qui ça permet de se situer par rapport au niveau moyen de l’appellation. On vient de goûter une soixantaine de Cahors, ça nous donne une idée de ce qui va sortir dans 60 à 70% de l’appellation.

Malolacti[K] – Tout le monde joue le jeu et vous envoie ses bouteilles ?

Michel Bettane – Il est dommage que la cave coopérative n’envoie pas toujours ses échantillons. Prenez le cas de Jurançon, vous pouvez le répéter, c’est la coopérative la plus bête, la plus stupide, la plus haineuse, la plus vindicative de France. 70% de l’appellation qui ne veut pas être goûté avec les vignerons. Ici, à Cahors, ce n’est pas le cas, dieu merci.

Malolacti[K] – Quel regard portez-vous sur les primeurs de Bordeaux ?

Michel Bettane – Vous savez, goûter des vins qui ont été vendangés il y a à peine six mois, c’est idiot. Nous sommes nombreux à le penser et je crois qu’on devrait boycotter ce genre de rendez-vous qui sert avant tout à donner un avis pour fixer les prix du marché.

Malolacti[K] – Vous venez de goûter le millésime 2008 de Cahors. Y’a-t-il des évolutions notables,  vis-à-vis des jeunes vignerons ?

Michel Bettane – Oui, on voit avancer les choses, notamment sous l’influence d’une nouvelle génération. On voit des cahors issus d’une viticulture quand même plus ambitieuse, avec plus de moyens, plus de volonté  d’expression de terroir individuel, de fragmentations aussi selon les cuvées, selon les prix de ventes. On voit que les gens sont capables de faire une entrée de gamme assez souple,  assez fruitée sans vouloir la transformer en mauvais bas de gamme. Et puis ces mêmes gens qui font sur leur cuvé de prestige un travail spécifique, y compris vendange à la main. Tout ça va dans le bons sens et remet en valeur un patrimoine assez riche. Y’a vraiment un potentiel très important, on commence à mieux le mettre en valeur. On est encore loin du compte, mais c’est mieux. J’espère que le marché le comprendra et achètera les meilleurs vins pour permettre à ceux qui les font de continuer. C’est bien d’avoir de bonnes idées, encore faut-il avoir les moyens de le vendre à un prix qui fait que votre banquier arrête de vous faire la guerre tous les jours.

(crédit : Johan Gesrel)

Malolacti[K] – Est-ce que les vins de Cahors ont l’envergure pour affronter le marché de l’export et la Chine en particulier ?

Michel Bettane – Cahors a ses chances, d’abord parce que c’est un vin français. En ce moment, les marchés asiatiques ont les Français à la bonne en matière de vin, pourvu qu’on ne les déçoive pas. Après ce sont des marchés qui aiment les vins qui ont de la couleur et du tanin donc le cahors devrait leur plaire. En revanche, ce sont des marchés où il faut des volumes, parfois 100 000 ou 200 000 bouteilles d’une même cuvée. Est-ce que certains domaines pourront fournir cette quantité ? Il faut qu’il y ait des pionniers qui aillent dans ces marchés pour diffuser un cahors de qualité convenable en grand volume, de façon à permettre aux petits. Ou alors l’autre stratégie, c’est que ça commence par les petits, les marchés de niches, et ensuite une demande pour le reste de l’appellation même si dans ce dernier cas le marché de niche bénéficie à un producteur plus qu’une appellation.

Malolacti[K] – Qu’est-ce qui vous fait dire en dégustation, « ce vin, c’est un cahors digne de ce nom » ?

Michel Bettane – La question ne se pose pas dans ce sens. C’est plutôt, est-ce que ce vin est un cahors du niveau du guide. Vous savez, la typologie, c’est très compliqué. Donc ce qu’on juge c’est la qualité du raisin et la qualité du travail fait sur le raisin. Les vins que j’estime insuffisant, ce sont les vins dans lequel on voit bien que le raisin n’a pas été vendangé assez mûr ou n’a pas été travaillé comme il fallait, donc là c’est une question d’insuffisance. Pas de typicité mais d’insuffisance pour un vin d’appellation d’origine. Après on a tous nos goûts personnels. On a vu qu’il y a de grands vins dans des styles différents, luxueux, racés, sophistiqués. Dans tous les cas, ces qualificatifs vont être utiles à Cahors avec des débouchés. Ces vins en général seront de bons ambassadeurs des vins de Cahors. Et nous, nous faisons un guide œcuménique, on ouvre à tout le monde. On essaye de donner une fenêtre à tous les styles de cahors aboutis à condition qu’il y ait un minimum de qualité et dans toutes les catégories de prix. Ça va du cahors de base qui ne devrait pas être à moins de 8€ ou 9 € la bouteille jusqu’à des prix élevés, propres à un produit de luxe.

Propos recueillis par Johan Gesrel pour Malolact[K].

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s